Donner un sens à sa vie


Moins on a... Plus on EST Plus on a... Moins on EST

Peut-on ETRE et posséder?

Lors d'un stage quelqu'un posa me posa cette question:

«Que nous conseilles-tu à propos de la possession matérielle, nous sommes dans une société de consommation démesurée et nous pouvons être souvent piégés par le besoin d'avoir?»

C'est la liberté de chacun d'évaluer les limites de ce qu'il souhaite posséder. Mais sachez qu'on est possédé par ce que l'on possède. Un jour j'ai lu cette phrase merveilleuse: «Ce n'est pas celui qui possède qui est riche, c'est celui dont les besoins sont limités». Parce que plus vous gagnez d'argent, plus vous pouvez en manquer.

Il vaut mieux aller dans l'excès de la non-possession que dans l'excès de la possession. L'excès de la non-possession n'est jamais destructeur.

Celui qui a beaucoup plus que ce dont il a réellement besoin... paye des charges et dépense de l'énergie en conséquence. Il doit travailler plus, gérer ses comptes avec plus d'attention... Il est dans l'escalade du plus...

Celui qui n'a que ce qui lui est nécessaire est... libre.

Cela ne signifie pas qu'il ne faut rien posséder et si certains peuvent être parfaitement heureux en possédant des tas de choses, alors c'est parfait.

Mais dans tous les cas, ce que je conseille absolument d'éviter, c'est le crédit, parce qu'il fait de l'être humain un esclave. C'est beaucoup mieux d'acheter à la mesure de ses moyens, par exemple en ayant d'abord une petite voiture pendant quelques années et en acheter une neuve, plus belle, plus puissante, seulement lorsqu'on a économisé la somme nécessaire... Même si cela doit prendre des années.

Le crédit est si cher... C'est comme si vous aviez des menottes, vous passez un tiers de votre vie à travailler pour engraisser les sociétés de crédit. Tout ce qui s'achète nous donne des joies éphémères et nous éloigne du bonheur.

La Société nous crée des besoins inutiles, elle nous convainc que sans eux, nous ne sommes pas reconnus, nous ne tenons pas notre rang social. C'est une forme d'esclavage du monde politico-économique et une exploitation de l'être humain. Ce système de dépendance à l'avoir empêche d'ETRE et pour le savoir, c'est la même chose.

Il faut apprendre, c'est important d'apprendre, mais il faut fuir la quête éperdue du savoir. Et surtout le plus important est de «savoir qu'il ne faut pas trop savoir». Il y a des gens qui ont un savoir impressionnant, qui possèdent énormément de diplômes et pourtant, ils ne SONT pas du tout et souvent ils sont même extrêmement malheureux. Plus on sait ou que l'on croit savoir, moins on sait car justement on n'EST pas.

Celui qui est dans l'ETRE n'est esclave ni du SAVOIR ni de l'AVOIR.

L'avoir et le savoir ne rendent pas heureux.

On ne peut pas AVOIR heureux, on ne peut pas SAVOIR heureux, mais on peut ETRE heureux.

L'AVOIR ne peut apporter le bonheur, il n'apporte d'ailleurs pas plus le malheur, il n'apporte rien, il ne représente en réalité que la valeur que vous lui donnez.

C'est pareil pour le SAVOIR, il ne peut vous apporter le bonheur parce que le savoir n'apporte rien, pendant que vous dîtes que ce joli petit oiseau est un «colibrius machintruc» , il s'est déjà envolé et vous n'avez pas eu le temps d'admirer sa façon très particulière de voler et la beauté de son plumage... trop tard! Le savoir n'a rien à voir avec l'éveil, avec la conscience de l'infini.

Nous sommes dans une civilisation qui développe à fond le savoir et l'avoir. Les «connaissants» et les «nantis» dominent le monde, alors que ce sont les «étants» qui devraient prendre les décisions et servir de guides aux peuples de la Terre...

L'avoir ne peut pas rendre heureux, il enivre, il peut faire l'effet d'une drogue... Un certain temps! L'avoir retombe toujours. La conscience non, l'ETRE non plus. Au contraire, ils s'élèvent toujours plus haut. La conscience est ainsi, et l'âge est sans prise sur les individus qui ont décidé d'être conscients.

Pensée, Parole et Action justes

Le sage sait prendre du recul pour avoir le regard, la pensée juste, l'action juste.

La pensée juste vous pouvez l'obtenir en cherchant d'où viennent vos pensées, comment elles se sont formées: est-ce vous qui avez dit un jour: «Etre nu c'est mal» ou est-ce quelqu'un qui vous l'a assuré.

Il y a aussi la parole juste qui suit la pensée juste. Il y a des gens qui pensent juste «c'est bien d'être tout nu» mais ils regardent leur enfant les sourcils froncés : «habille-toi, tu n'as pas honte d'être tout nu?».

Enfin il y a l'action juste. Par exemple on pense et on dit: «je ne suis pas jaloux», puis on aperçoit un homme qui tourne autour de sa compagne, alors on se souvient subitement qu'on avait justement prévu d'aller faire des courses avec elle! Tout est bon pour retarder l'échéance d'avoir à affronter la réalité.

Pensée, parole et action... Quand ces trois éléments sont en harmonie et sont justes, on commence à s'améliorer.

Je pense, je parle et j'agis. Les faux guides sont ceux qui disent «faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais» . Le vrai guide est celui qui met en harmonie sa pensée, sa parole et son action.

C'est facile à dire mais plus difficile à faire!