Le droit d'être soi

Ne perdez pas d'énergie à essayer de convaincre les autres, mais n'acceptez jamais que les autres veuillent vous changer, parce que vous êtes unique.

J'aime beaucoup cette phrase et je la redis souvent: «jusqu'à aujourd'hui je me battais pour changer le monde, maintenant je me bats pour que le monde ne me change pas». C'est tellement important, on n'a pas le droit d'essayer de changer les autres et eux n'ont pas le droit d'essayer de nous changer si nous ne le désirons pas.

Ne les laissez pas les autres vous changer, défendez le droit d'être vous-même.

Défendez vos idées. Avez-vous déjà entendu au cours de débats télévisés, certains journalistes demander à des personnalités: «que doit-on penser de... ?». Voici une phrase très représentative d'une société à la pensée unique, constituée d'adultes s'efforçant d'être politiquement, socialement et religieusement corrects.

On devrait dire: «que peut-on penser de...» car ceci est au contraire une invitation à l'ouverture, à une palette infinie d'avis... L'échange est permis, l'écoute s'installe, l'entente n'est pas loin.

Le «doit-on penser» engendre des drames, des souffrances, des rébellions, des crimes contre l'Humanité.

Le «que peut-on penser» libère des idées différentes, des choix possibles et incite à la réflexion