La conscience de l'imprévisible.


La sagesse c'est d'être capable de gérer l'imprévisible, cela nous permet de garder notre sérénité quoiqu'il arrive dans notre vie.

Gérer le prévisible n'importe qui peut le faire, même un robot. Il est justement programmé pour répondre à des donnés et actions prévues. Gérer l'imprévisible c'est prévoir avec tous ses sens en éveil, faire en sorte d'interférer son propre prévisible dans le prévisible des autres, tout en gérant l'imprévisible qu'ils mettent dans mon prévisible.

La vie est une succession d'imprévisibles qui interférent dans les choses prévues. Et c'est justement cet imprévisible, selon notre réaction, qui nous permet de tester notre intelligence et notre conscience.

Les émotions ne nous touchent jamais dans le prévisible puisque nous avons anticipé ce qui va se passer.

L'émotion n'arrive que si les événements ne se passent pas comme on l'a prévu, dans le positif, comme dans le négatif....On peut soit réagir violemment à quelque chose qui n'irait pas comme on le voudrait, soit apprendre à anticiper, à prévoir et à agir au bon moment, c'est à dire en amont de ce quelque chose d'imprévu.

Si on ne sait pas gérer l'imprévisible, on est en perpétuel état de frustration, d'insatisfaction qui nous conduit peu à peu à une vie triste et malheureuse...

La différence entre un être ordinaire et un être éveillé, c'est que ce dernier se sert de ses épreuves pour grandir alors que le premier les refuse, en se justifiant ou en rejetant la responsabilité sur d'autres. Il ne faut pas seulement s'apprécier lorsque tout va bien et que la gestion du prévisible ou de l'imprévisible est juste, mais aussi et surtout quand nous vivons des échecs, car ils nous font grandir.

Par contre, on doit s'efforcer de ne pas répéter deux fois la même erreur. Et pourtant, il ne faut pas se retenir de prendre le risque de faire des erreurs. On doit même être excité à l'idée d'avoir à disposition un terrain pour pouvoir s'améliorer.

On apprend tellement lorsqu'on se trompe, et on se trompera tout le temps, mais pas pour les mêmes raisons... et c'est cela qui est formidable.

Un sage regarde chaque moment de sa vie avec recul, afin de pouvoir gérer son imprévisible, sans en être affecté. Au contraire, il l'apprécie, car il sait qu'il est un moyen de progression pour lui. Et c'est en cela que l'imprévisible est le défi de la conscience.